Mui Né, Binh Thuan, Vietnam

June 13, 2017

Après un bien long trajet depuis Hoi An, on arrive à Mui Né sur les coups de 10h00. Mui Né est un excellent compromis et on n’a un peu regretté de ne pas avoir plus de temps pour y rester d’avantage. Il n’y a pas des milliers de choses à faire, mais rien que pour se baigner un peu, c’est le top (à condition d’avoir un hôtel qui s’y prête un minimum !). Mui Né est une ville réputée pour les sports nautiques et sports de glisse, notamment Kyte surf, planche à voile et surf. Il y a du vent, de belles vagues. Des dizaines de kyte-surfeurs s’y donnent rendez-vous, il y a possibilité de prendre des cours. Station balnéaire de la côte sud-ouest vietnamienne, Mui Né est sensée être encore préservée du tourisme de masse, contrairement à ses consoeurs (Nha Trang entre autres). C’est aussi une ville très touristique, où tout est fait pour les touristes et plus particulièrement pour les touristes Russes. C’est en arrivant en ville que l’on s’en est vraiment rendu compte du “phénomène”. En effet, ici, tout est écrit en Russe, les menus des restaurants sont en Russe, le nom des restaurants aussi, dans la rue, on ne croise que des Russes. Les stations balnéaires vietnamiennes sont bondées de touristes russes, les enseignes des magasins, et tout ce qui peut être traduisible, est sous-titré en russe. Bref, ici, c’est la petite Russie au Vietnam.

Ca n’empêche nullement bien sûr les gens de passer un séjour agréable, Mui Né restant un petit village.

Le village de Mui Né possède des hôtels et des guesthouses disséminés le long de la route qui longe la plage. On peut choisir de dormir dans un hôtel côté route, qui n’aura alors pas d’accès direct à la plage. Ou bien dans un hôtel côté mer, et là, c’est le paradis ! Mais le paradis ça se paye bien sûr ! On voulait se faire un peu plaisir (on a réussi jusque-là à faire de belles économies) avec un bungalow sur la plage. La perle rare, ça sera un bungalow donnant sur un jardin. Un accès direct à la plage depuis l’hôtel. Un petit déjeuner de champion sur la terrasse en bord de mer. Le pied ! On s’est bien sûr offert un bain, il faisait tellement chaud.

A 2 km du village de Mui Né se trouvent les fameuses dunes de sable rouge-orangé. On décide d’y aller. Et encore une fois en scooter, car y’a clairement pas plus pratique ! La route est belle, et on apprécie davantage les environs, il n’y a pas trop de touristes, et on croise seulement quelques “scooters occidentaux”. Après environs 1h15 de route, on arrive aux fameuses dunes blanches, en s’arrêtant quelques fois pour prendre des photos, et en prenant le temps d’admirer le paysage. Il fait très beau et chaud aujourd’hui, ça change des derniers jours sur Hoi An… Sur le site, on paie le parking pour le scooter (5000 dongs), et l’entrée du site (10000 dongs), ça reste très raisonnable. Sur place, on peut louer quad, tapis servant de luge, et même faire un tour à dos d’autruche (sans commentaire). On choisit de marcher: un, ça coûte rien; deux, on ne détériore pas les dunes; et trois, on laisse ces pauvres bêtes apprivoisées pour l’occasion, tranquilles.

On est assez surpris par ce paysage désertique et très sec ! Ca change complètement de ce que l’on a pu voir auparavant au Vietnam, où tout est pour ainsi dire très vert ! Ici, on a l’impression d’être en plein désert du Sahara, toute proportion gardée bien-sûr, surtout pour quelqu’un qui n’y a jamais mis les pieds… Sur les dunes, on croise juste un couple de Russes ayant loué un quad. Il y a pas mal de vent, et le sable commence à s’infiltrer dans les vêtements. Les lieux sont vraiment jolis. On prend quelques clichés.

On continue le long de la route et on s’arrête cette fois-ci au niveau des dunes rouges. Le sable ici prend une couleur plus ocre que dans les précédentes dunes. C’est un peu moins impressionnant mais ça reste très joli. C’est assez étonnant cette sensation de Sahara en plein milieu du Vietnam, très exotique. Le sable est fin comme de la farine, les dunes sont belles, lisses et il fait une chaleur harassante !

Des enfants proposent aux visiteurs des bouts de plastique bricolés en guise de luge.

La plage de Mui Né est immense et est étendue sur 22 km avec des endroits sauvages, sans personne. Le confort d’avoir les scooters, c’est qu’on peut s’arrêter où on veut, quand on veut. Un sentiment de liberté avec les scooters: l’Asie est définitivement fait pour la parcourir à deux roues. On décide de quitter les dunes pour retourner à l’hôtel en suivant la côte. On s’arrête plusieurs fois sur le chemin pour prendre des photos; on traverse des villages de pêcheurs où il n’y a pas un seul touriste. On a l’impression que les gens sont surpris de voir des visiteurs mais ils sont tous souriants ! Encore des “hello” des enfants croisés sur la route. On s’arrête pour boire un verre prêt du port de Mui Né et regarder les kyte surfeurs. La mer est quand même très agitée, il faut donc faire gaffe, parce que là, on est vraiment seuls ! Pas de sauveteurs bodybuildés en maillot rouge ! La plage n’étant pas une plage privée, elle n’est pas nettoyée et donc jonchée de sacs, mégots, etc.. L’eau est propre mais on trouve de tout sur le sable ! Attention donc à ne pas se blesser. On finira la journée à regarder le couché de soleil sur une plage de surfeur.

Le retour à l’hôtel fut un peu chaotique. Eh oui, ça devait arriver: le scooter tombe en panne. On reste sur le bord de la route et on constate qu’il reste quand même un fond d’essence. Il devrait s’allumer quand même le bougre ! C’est pas normal. On espère très fort qu’il ne s’agit bien que de l’essence, parce qu’on n’est pas tout près de l’hôtel… Rien ne se passe. Damn it ! On essaye tous les moyens, la bête ne veut rien savoir. C’est alors qu’un Vietnamien d’un âge avancé gare sa moto pour offrir son aide. Il parle peu anglais et a l’air de comprendre le problème.

Cet homme, sorti de nulle part, par une opération du saint esprit, a fait démarrer le scooter en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Comme ça, simplement. Cet homme souriant qui a généreusement dépanné des inconnus, est un vrai don du sort.

Réveil à 5h30 pour s’offrir un dernier lever de soleil. Juste magnifique.

On serait bien restés plus longtemps à Mui Né mais Saigon est la prochaine étape dans ce voyage au sud du Vietnam.