Da Lat

June 13, 2017

Le train en provenance de Danang arrive a 8h en gare de Nha Trang, une ville balneaire de la moitie sud du Vietnam. Ce n’est pas la ville de destination. Non. La destination de ce voyage au sud du Vietnam est Da Lat: ville construite par les Francais sur le model europeen a l’epoque coloniale. Situee sur les Hauts Plateaux du Centre, le “Petit Paris”, comme les Vietnamiens l’appellent, connait la fraicheur printaniere tout le long de l’annee. Le seul moyen d’y acceder est par auto.

Da Lat est juchee a plus de 1 475 metres ou le temps est plus frais que sur la cote vietnamienne. La temperature varie entre 20 et 25°C durant la journee, avec un leger vent rafraichissant, rien a voir avec la chaleur des cotes du sud. La nuit est tres agreable: on n’a pas de souci de bouffee de chaleur la nuit, de transpiration, de manque d’hydratation ou de probleme de moustiques. C’est une ville absolument adorable et le sejour fut tellement magnifique que Da Lat merite sa reputation.

C’est durant la preparation du Tet (nouvel an vietnamien) que l’on deambule dans les rues de la ville, avec son centre-ville sympathique, ses bars et ses restaurants, le marche de nuit tres anime et remplis de stand de nourriture, et aussi son joli lac. On y voit des fleurs partout: les marchands de fleurs sont en pleine effervescences. Les jeunes se regroupent sur le marche pour discuter, chanter ou jouer de la musique. La convivialite et la gentillesse des gens diffusaient un sentiment de joie et de bien-être.

Apres cette journee de bienvenue tres animee et emplie d’emerveillement, on part le lendemain visiter le Crazy House: une maison tout droit sortie de Alice au Pays des Merveilles. Cette fameuse maison folle a ete créée par une architecte vietnamienne, Mme Dang Viet Nga, fille du deuxième président du Vietnam après Hô Chi Minh, a fait ses etudes a Moscou. La maison n’a pas ete dessinee suivant un style ou un model architectural classique. Le resultat est cependant fascinant: le resultat incite a une communion entre les visiteurs et la nature. La maison ne comporte que des pièces aménagées dans une structure d’aspect organique afin de ressembler à un arbre énorme. Depuis les toits de la maison, on a une vue sur la ville de Dalat.

A Da Lat, les champs et les jardins de fleurs sont partout. Il faut dire que le temps et la terre sont propices à leur développement. Ces fleurs sont principalement vendu au Vietnam, mais aussi à Singapore et le Japon. On fait une balade autour du lac se fait en réalité à côté de la route très très bruyante. On ne traine pas longtemps près du lac, qui pourrait pourtant être bien plus agréable sans la proximite de la route qui suit les bords du lac, avec ses motos, ses voitures… et ces klaxons. On prend la direction de l’ancienne gare ferroviaire à crémaillère, fermée en 1964 en raison des attaques du Viet Cong. Aujourd’hui, cette gare a une fonction plutôt décorative et semble être très prisée pour des séances photos de mariage dans les vieilles locomotives. On termine avec la Vallee de l’amour, un joli petit parc publique avec des jardins d’enfant, des pedalos au bord du lac et un tout petit bois ou on a fait une pause pour faire la sieste, lire ou regarder les gens dans leur occupation quotidienne.

La fin de journee se termine par la visite d’une pagode tres belle mais tres differentes de celles qu’on a vu en Thailand et au Cambodge. Le jardin est joli avec des fleurs et des scultures. C’est un endroit paisible et attachant. La tour de 8 etages possede une enorme cloche ou l’on y colle des post-it avant de faire sonner la cloche 3 fois afin d’attirer les bons genis. Une statue de Bouddha de 10 metres de haut est a l’image de ce temple: grandiose. Cela semble surrealiste lorsque l’on croise dans cette enceinte des moines aux traditions seculaires, passer l’aspirateur avant la fermeture de la pagode.

Les jours suivants ont ete passes a visiter un village de la minorité Koho, pauvre petit village qui recoit des subventions de l’Etat afin de perpetuer leur tradition. Ensuite, visite du palace d’ete du roi Bing Dao, d’une fabrique d’alcool de riz artisanal et d’une plantation de cafe dont la production est quelque peu originale: le cafe est fait a partir des excréments de belettes. Les belettes se nourrissent de graines de cafe et on recupere les excréments contenants ces graines afin de les faire secher. Le cafe ainsi produit est plutot bon mais reste cher.

La partie la plus interessante du sejour est la decouverte de la fabrique de soie de Cuong Hoan. La production commence par nourrir des larves de vers a soie qui, au bout de 8 semaines, commencent a filer leur cocon. Une fois le processus termine, on tue la larve a l’interieur (certaines seront laissees vivantes pour la prochaine production) par divers moyens comme la vapeur, l’eau bouillante ou tout simplement, l’extraction a l’aide de pince. Les cocons sont alors transformes dans des machines afin de donner des filets de soie. Le processus se termine par un lavage de la soie brute pour donner la texture qui fait le charme de la soie. Il faut 5 000 vers pour faire 1 kilo de soie.

La circulation au Vietnam est tres chaotique. A part quelques ponts qui permettent aux pietons de traverser la rue sans risque, la moto et la voiture sont les maitres du bitume. Traverser la rue est alors tout un art: il faut marcher et avancer, sans courir ou s’arreter longtemps, regarder les vehicules pour etre sur qu’ils vous ont vu, et les laisser vous esquiver. Il faut faire comme si on etait dans une foule de pietons, cherchant a faire leur chemin au milieu des personnes. La particularite au Vietnam est l’utilsation incessante du klaxon: elle a pour but de creer un repere auditif pour situer les vehicules a proximite. En gros, c’est pour dire: “je suis derriere vous-je suis sur votre droite-je suis sur votre gauche” afin d’eviter les conducteurs de tourner la tete constamment et ne plus faire attention devant soi, les accidents se produisant le plus souvent de facon frontale. En Europe, les petits accidents ont pour origine une inattention devant soi, soit parce qu’occupe a telephoner, a se maquiller ou a regarder le paysage, ou sinon, a faire trop attention aux vehicules derriere soi.

On est tombe sur un bon hotel: chambre propre et personnel super sympa. Le soir, on rencontre le proprietaire et son frere en train de prendre le the. On est invite a prendre le the avec eux: il parle un peu le francais et est content de partiquer un petit peu. La discussion dure 1 heure a poser pleins de questions, a raconter des anecdotes et a beaucoup rire. Encore une belle rencontre.

Avec tous les stands de rue, il y en a pour tout les goûts et toutes les bourses. On a goute aux galettes de riz, facon vrepe sale: oeuf, épices, oignons, saucisse, sauce piquante, vache qui rit. Trop bon. 20 000d. Il y a aussi des sandwichs, aux boulettes ou au lard: entre 10 000 et 15 000d. A midi, on prend le dejeuner dans un petit resto: le plat a 25 000d. Le dessert ? Pâtisseries incroyables, accompagnées d’un lait de soja à la cacahuète ou aux haricots blancs. 24 000d. Le soir, on prend un repas de roi: riz, legumes, poulet à la citronnelle, porc au bbq et nems. Cout du repas 60 000d / personne, avec une petite bière. Parfait.