Cao Bang

June 13, 2017

Cao Bang est une province située au nord du Vietnam bénéficiant d’un climat doux et agréable tout le long de l’année. Elle fut la base arrière du Vietminh pendant la guerre d’Indochine.

En octobre 1950, elle fut le théâtre d’une bataille qui allait donner le point de départ de la conquête pour l’indépendance. C’est une étape enrichissante historiquement et qui permet de découvrir les particularités du pays (villages ethniques, marché, grotte, chute d’eau, lac) lors d’un circuit hors des sentiers battus au Vietnam.

Elle possède 12 districts dont Bao Lac, Tra Linh et Trung Khanh. Elle est riche en sites touristiques avec des minorités ethniques (comme les Lolo à Bao Lac), des paysages splendides (à Trung Khanh notamment) et fut le théâtre d’événements qui marquera l’histoire moderne du pays.

Trung Khanh

Trung Khanh est un district qui est riche en décors naturels. La rivière Quay Son traverse les paysages somptueux de la terre des chataigniers chinois. Situe au nord du pays dans les hauteurs montagneux près de la frontière chinoise, c’est une vaste étendue propice à la randonnée au Vietnam. Le district est connu pour ses grottes, notamment celle de Nguom Ngao. La grotte des Tigres (Nguom Ngao en langue Tay) ou grotte du vent, tire son nom de la présence de tigres auparavant, dans ces lieux. Le vent et le ruissellement de l’eau font un bruit qui fait penser au feulement du félin. Un corps expéditionnaire scientifique franco-vietnamien découvra cette grotte en 1921 et la data de près de 300 millions d’années.

Mais le district est aussi connu pour ses chutes d’eau, comme celle de Ban Gioc. La rivière Quay Son traverse une forêt tropicale et des rizières, parsemées de cascades disposées en gradins, pour former de superbes chutes d’eau de Ban Gioc. La couleur des gazons verts et les fleurs aux multiples nuances donnent une image pittoresque à cette création de la nature.

Lac Thang Hen a Tra Linh

A coté de Trung Khanh il y a le district de Tra Linh avec ses 36 lacs juchés au milieu des montagnes. Il offre une formidable peinture où le reflet des nuages sur les lacs donne l’impression que les montagnes volent dans le ciel.

Village Phuc Sen

Cao Bang possède aussi une richesse culturelle avec ses nombreuses minorités ethniques comme l’ethnie Nung An. Leur village se trouve sur la route en direction des chutes d’eau de Ban Gioc. Cette ethnie s’est spécialisée dans le métier de la forge avec la particularité de travailler avec des fours en terre, ce qui caractérise cette méthode unique et spécifique au village de Phuc Sen.

Les Lolo

Au milieu des montagnes composées de petits villages, dans le district de Bao Lac, loin des infrastructures modernes, où le temps fait une pause pour garder une authenticité de ses peuplements, se trouvent les Lolo. Les Lolo sont un groupe ethnique venu de Chine il y a environ 400 ans. Mis en lumière par la télévision française, cette minorité se divise en deux groupes : les Lolo bariolés et les bourgeois, les Lolo noirs. Les habitants vivent dans des maisons traditionnelles sur pilotis de bois d’iroko, où les animaux domestiques vivent sous la maison, et non dans un bâtiment séparé. C’est une société patriarcale où le père est le chef de famille, mais aussi le gardien de ses ancêtres, de sa famille et de ses descendants. Le symbole de cette culture est un tambour, fabriqué et transmis de génération en génération, et dont les Lolo en ont fait leur spécialité et qui se retrouve dans leur tradition.

Pak Bo

La bouche de la source (Pak Bo en langue Tay) est située dans le district de Ha Quang. C’est là que le Président Hô Chi Minh retourna au Vietnam après avoir parcouru pendant 30 ans le monde, loin de son pays. Le 28 janvier 1941, de retour de Chine, il prend possession de la grotte de Coc Bo pour y vivre durant 4 ans. Il présidera entre temps le 8ème Plénum du Comité Central du Parti communiste du Vietnam dans un baraquement situé à Khuoi Nam. De nos jours, Pak Bo est un lieu aménage en espace d’exposition afin de perpétuer une page importante de l’Histoire du Vietnam.

Bataille de la route coloniale 4

La Route Coloniale 4 (RC 4) est une route de ravitaillement qui longe la frontière chinoise au nord et qui faisait la liaison entre Hanoi et les zones montagneuses du nord du Vietnam. De l’autre côté de la frontière, en Chine, le Viet Minh formait les futures soldats, dans des camps d’entrainement, pour devenir une force terrestre mobile rapide et dotée de moyens de feux puissants, notamment grâce aux soutiens des maoïstes qui leur fournissaient en matériel et en logistique. Le début de l’offensive du Viet Minh à partir de la Chine pousse, en octobre 1950, les autorités françaises à évacuer Cao Bang et les régions avoisinantes. Cependant, la défaillance et la mauvaise organisation du retrait ont entrainé une succession de pertes du corps expéditionnaire français, avec l’anéantissement de plusieurs bataillons.

La défaite de cette bataille fit tomber le mythe d’invulnérabilité des Français, habitués à faire face à des opérations de guérilla vietnamiennes.