Les moyens de transport au Vietnam

November 16, 2018

Rate this post

Comment se rendre au Vietnam ?

La destination du Vietnam est bien desservie à l’international, au niveau du trafic aérien.

Ainsi Air France, Vietnam Airlines et beaucoup d’autres compagnies internationales permettent de partir au Vietnam depuis une multitude d’aéroports. Les aéroports internationaux du Vietnam sont l’aéroport international de Noi Ba à Hanoi, l’aéroport international de Da Nang et enfin l’aéroport international de Tan Son Nhât à Ho Chi Minh ville.

Se déplacer au Vietnam

  • Le Vietnam par les airs

Par rapport aux vols domestiques, Vietnam Airlines détient toujours le monopole. Néanmoins d’autres compagnies aériennes, notamment les low cost ont réussi à s’immiscer sur le marché des vols intérieurs telles que Airasia, Jetstar Pacific Airlines. Ces dernières n’ont cependant pas une fréquence régulière, et la ponctualité peut parfois laisser à désirer.

Il faut être aussi vigilent car les vols domestiques font parfois l’objet de changement d’horaires inopinés et sans préavis. De même, il arrive aussi que des vols soient annulés sans explications.

Avec Vietnam Airlines les vols intérieurs couvrent la majorité des villes importantes, et les passagers profitent d’une flotte d’avion plutôt récente, composée d’Airbus et de Boeing.

  • Le Vietnam au sol

1. Le réseau ferroviaire : en train

Le train traverse le pays dans toute sa longueur. Il est en cours d’amélioration, mais reste assez vétuste. C’est aussi tout ce qui fait son charme. Il constitue aussi une expérience de voyage à faire une fois lors de votre séjour. En vous faisant gagner une nuit (trajet de 12h parfois), vous pourrez découvrir, à un rythme plus lent, divers paysages vietnamiens. Attention, car les conditions de confort sont assez rudimentaires : vous aurez le choix entre des chaises dites « dures » (hard seats) faites toutes en bois ou des chaises plus confortables (soft seats). Il n’y a également pas de climatisation. Si vous réservez à l’hôtel Victoria, des sièges confortables vous seront directement assignés. Avec le train vous pourrez ainsi rallier Hanoï à Sapa, Hanoï à Hué (14h) ou bien Nha Trang à Ho Chi Minh, Hué à Da Nang(4h) ou Hué à Ho Chi Minh (20h). Notez que deux trains de nuit, avec couchettes donc effectuent le trajet Hanoi Lao Cai (à Sapa en 10h). Il s’agit principalement de trajets de nuit avec couchettes.

2. Le réseau routier

De qualité inégale, une remise en état est en cours de progression. L’état a bien intégré l’importance de l’état de ses routes pour un développement économique, notamment via le tourisme. D’où les travaux constants que l’on peut aussi observer en régions montagneuses.

Lors de voyages en bus ou voitures, vous serez assurés d’une climatisation et de sièges confortables. Ils sont de même beaucoup plus rapides. Il faudra vous habituer aux sons de klaxons, qui fait partie intégrale de la conduite des vietnamiens.

Se déplacer en taxi, mototaxi ou vélo

Il faut déjà télécharger l’application utilisée par tout le monde sur place, à savoir Grab. C’est  le Uber de l’Asie du Sud Est. Vous aurez alors une large gamme de moyens de transport en fonction de vos besoins (plusieurs personnes, ou bien en scooter). Les prix des courses sont fixées à l’avance et assurent une certaine sécurité pour éviter les pratiques peu scrupuleuses de certains taxis.

Il existe différentes compagnies de taxis. Les plus connues et ayant une bonne réputation sont Vina Sun ou Mai Van Linh.

Si vous estimez que votre taxi ou mototaxi a fait preuve d’un service exceptionnel, vous pouvez éventuellement négocier des forfaits pour qu’il vous emmène là où vous le souhaitez. L’important est que vous soyez mutuellement d’accord sur le prix avant de faire la course.

Les prix restent généralement pas chers à savoir 0,5 centimes d’€ le kilomètre.

Les motos et vélos sont très fréquents au Vietnam. Dès le plus jeune âge les habitants sont encouragés à se déplacer et s’insérer dans le chaos de la circulation. Tout se mélange et le code de la route n’est que rarement respecté. C’est en circulant à moto, ou en tant que passager que vous comprendrez certains codes entre conducteurs. Il n’y a pas de sensation plus libératrice et agréable que de sentir la brise d’air effleurer votre visage. De plus la moto vous permet de vous aventurer partout ; Hué et Hoi An sont des villes très agréables pour rouler. Les précautions d’usage de protection de la peau sont à prendre au sérieux, étant donné l’intensité et la durée d’exposition au soleil. Enfin, le port du casque (passager ou conducteur) est obligatoire ; des casques sont disponibles sur place mais rien de mieux que d’apporter le sien, plus aux normes des standards européens.

Bien que de nombreux étrangers conduisent (le scooter le plus souvent), il est en fait interdit pour tout étranger de conduire au Vietnam. Les permis de conduire internationaux n’ont aucune validité. Des exceptions sont accordées aux personnes résidentes ou bien en mission de plus de 6 mois. Ces catégories de personnes doivent également mettre leurs permis de conduire aux normes du Vietnam. Bien que la théorie soit clairement énoncée, la réalité est toute autre. Il est très facile et accessible de se doter d’un scooter, souvent avec juste la copie d’un passeport et l’argent. Des forfaits de location à la journée ou au mois sont appliqués.

Pour la location de véhicule, généralement un service chauffeur est incluse dans les offres.

Le cyclo-pousse, est aussi un autre moyen agréable et encore plus lent de se déplacer. Généralement, on trouve les conducteurs près des sites animés (vieux quartiers ou centres-villes) car ils rallient des petites distances, étant donné que le cyclo-pousse fonctionne à la force humaine. Vous êtes assis et le conducteur pédale derrière vous. Tout comme le taxi, veillez à négocier le prix avant de monter., qu’il a bien intégrer votre destination ; car avec leur sourire constant vous n’êtes  jamais sûrs de rien.

  • Le Vietnam par les eaux

Une autre attraction intéressante est la visite de sites et éventuellement des nuitées sur place à la baie d’Ha Long. Il est recommandé d’effectuer des formules de séjour de 2 nuits et 3 jours pour ainsi pouvoir en profiter un maximum.

Pour le Delta du Mékong ou encore à Tam Coc (Ninh Binh) aussi appelée baie d’Ha Long terrestre, les sampans sont le principal mode de déplacement.